La croissance en Europe au ralenti : la France résiste


Economie /

Dans toute l’Europe actuellement, existent diverses tensions commerciales entre divers pays. Entre 2018 ET 2019, respectivement le deuxième trimestre de chacune de ces années, le produit intérieur brut (PIB) n’a augmenté que de 1,1 % pour la zone euro et 1,3 % pour l’Union européenne (Eurostat). Ces chiffres sont la preuve d’une baisse considérable de l’activité économique puisqu’au trimestre antérieur ; selon Eurostat, la croissance du PIB était respectivement de 1,2 % et 1,6 % en hausse. De la même manière, la baisse de la production industrielle est de 2,6 % en un an. Malgré cette situation, la France ne semble pas touchée. Dans cet article, nous vous proposons d’examiner les facteurs expliquant la constance de la croissance de la France.

Comment la France se démarque-t-elle de l’Europe ?

Au moment où il y a des difficultés pour le commerce au niveau mondial, la chine et l’Amérique connaissent des difficultés de croissance. Par contre, la France garde un niveau modeste avec sa croissance de 1,3 % de mi 2018 à mi 2019.  Pour en savoir plus, des études sont menées régulièrement.

En effet, avec ces chiffres la France fait mieux que le Royaume uni, trois fois mieux que l’Allemagne et dépasse de loin l’Italie. Elle peut même prétendre rester à ce niveau jusqu’en 2020. Les facteurs qui expliqueraient ces taux de croissance du PIB sont, en premier, l’investissement des entreprises qui est un élément déterminant pour une économie. Pour arranger les choses, les autorités françaises ont décrété un CICE (Crédit d’Impôt pour la Compétitivité de l’Emploi.)

Par ailleurs, un des facteurs qui favorise grandement la résistance de la France s’avère être la consommation des ménages. Il s’agit là d’un élément déterminant de la croissance même si sa progression est moindre par rapport à celui de l’investissement. Dans sa générosité, le gouvernement a initié une baisse importante des impôts sur les cotisations de salaires et la taxe d’habitation, ce qui a augmenté le pouvoir d’achat et devrait stimuler la consommation. Il y a donc des raisons de croire qu’en 2020, les chiffres de la croissance seront encore meilleurs puisque d’après l’Institut il faut deux ans pour remarquer les effets induits par une augmentation du pouvoir d’achat sur la consommation.

Toutefois, il est à noter que cette résistance ne sera pas éternelle, car il n’y aura pas toujours une baisse des impôts et les investissements des entreprises ne seront pas toujours en hausse pendant que la productivité est en baisse.